L’échangeur Sud-Coréen Upbit subit un vol d’environ 50 millions de dollars

La cybercriminalité est en constante progression dans tous les secteurs liés aux nouvelles technologies et de ce fait, la sécurité est l’un des challenges majeurs qu’on rencontre dans l’industrie de la cryptomonnaie. L’échangeur Sud-Coréen Upbit n’ignorait rien des risques liés à son activité mais il a récemment fait les frais d’un vol d’actifs malgré des méthodes de protection à la pointe de l’innovation.

0
34

La Corée du Sud est, on le sait un pays très à cheval sur les nouvelles technologies et ce n’est pas le domaine de la blockchain et des cryptomonnaies qui fera office d’exception. En effet les citoyens de ce pays font partie de ceux qui ont une moyenne d’investissement par habitant parmi les plus élevées au monde. On peut donc dire que l’adoption de la cryptomonnaie n’a pas tardé à se faire chez les Sud-Coréens. C’est ce qui vaut aux échangeurs du pays, parmi lesquels la plateforme Upbit, de faire partie de ceux ayant des volumes de transactions journalières astronomiques. Partant de là, on est fondé à penser qu’une telle plateforme n’a rien à envier à ses concurrentes du point de vue de la sécurisation des actifs de ses clients, dans un environnement où les hacks se font quasi quotidiens. Sauf que toute cette armada n’aura pas suffit à décourager ces cybercriminels qui ont fini par trouver le moyen de dérober la coquette somme de 342.000 Ethers, soit environ 50 millions de dollars.

Alors que le marché vit des instants cruciaux, après le FUD des annonces des autorités chinoises qui déclarent la cryptomonnaie illégale et l’affaire du raid dans les locaux Binance, c’est au tour de l’échangeur Sud-Coréen Upbit de jeter un froid avec cette annonce plutôt inquiétante. L’information d’une extrème gravité, comme il convient dans les jours sombres, a été faite par le premier responsable de l’exchange le PDG Lee Seok-Woo. Il clame dans ses propos que la réaction au constat de ce vol a été de sécuriser immédiatement le reste des actifs vers les portefeuilles à froid de l’entreprise afin de limiter les pertes à ce qui avait déjà été retiré par les hackeurs. Présentant ses excuses aux utilisateurs pour les inconvénients survenus à la suite de cet incident, il a tenu à les rassurer toutefois que les pertes seraient supportées par l’échangeur. L’interruption des dépôts ainsi que des retraits sera longue de 2 semaines, sans doute le temps nécessaire à l’équipe pour reprendre le contrôle total et remettre les choses en ordre.

Solidarité entre les échangeurs

Nul n’est véritablement à l’abri de ce genre de situation dans l’activité exercée par les échangeurs. En effet même s’ils conservent la plus grande partie des actifs de leurs clients dans des portefeuilles offline hautement sécurisés, celles qui restent en circulation dans les portefeuilles actifs connectés sont tout de même importantes. C’est pour cette raison que les quatre principaux échangeurs du pays que sont BitHumb, Upbit, Coinone et Korbit, ont convenu en Janvier 2018 de la mise sur pied d’un état d’urgence en cas de transactions suspectes qui donnerait lieu au gel des actifs ainsi signalés.

Mais au-delà de ces plateformes Sud-Coréennes, la solidarité de Binance et Kraken (pour ne citer que ceux-ci) s’est exprimée à travers la voix de leur PDG Changpeng Zhao et Jesse Powell qui ont fait savoir sur Twitter qu’ils contribueraient, si leur exchange était concerné par des mouvements en provenance du wallet récepteur des Ethers volés, au gel et à la restitution de ces fonds. Le site whale-alert.io qui traquent les importants flux d’actifs sur les blockchains majeures a déjà signalé quelques transactions d’Ethers en provenance du portefeuille en question, mais en direction d’adresses de portefeuilles anonymes pour l’instant.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here