Binance annonce son intention de poursuivre le média crypto The Block en justice

Alors que le marché de la cyptomonnaie connait déjà des cours instables et incertains depuis peu, voici une affaire qui a semé le FUD au sein de la communauté participant ainsi à faire chuter le prix du bitcoin. Tout est parti d’un article publié par le média The Block, et que l’échangeur No. 1 a jugé mensonger.

1
129

Retour sur les faits

Nous sommes le jeudi 21 novembre lorsque The Block, un média bien connu des milieux de la cryptomonnaie, publie un article avec un titre pour le moins sensationnel alors même que le marché connait une mini-crise quelques jours après les annonces d’officiels chinois qui déclarent la cryptomonnaie illégale. Le média clame que les locaux de Binance, première plateforme en termes de volume d’échanges journaliers, basés à Shanghai en Chine auraient été fermés à la suite d’un raid de la Police chinoise. A l’en croire, il serait en contact avec des sources bien introduites ainsi que d’autres qui auraient été des témoins ayant assisté à l’incident, tous ayant bien sûr requis l’anonymat pour des raisons de sécurité. Cependant l’article fait immédiatement réagir le très célèbre PDG de l’échangeur en la personne de Changpeng Zhao, ou CZ pour CryptoTwitter, qui rejette les faits ainsi rapportés.

Il va s’en suivre un feuilleton palpitant sur le réseau social, les antagonistes se répondant par tweets interposés. Pour commencer, Changpeng Zhao se dit très surpris de la publication d’un tel article dans la mesure où son entreprise ne possède aucun bureau qui soit basé à Shanghai, le dernier en date situé dans ladite ville aurait fermé ses portes il y a 2 ans. Comment donc peut-il y avoir raid en un lieu si celui-ci n’existe pas? Il va plus loin et prétend construire son entreprise sur une base de décentralisation telle qu’elle n’a même pas besoin d’occuper un espace donné, c’est en tout cas ce que dit un tweet qu’il a publié quelques jours précédant la parution de l’article: était-ce déjà en rapport avec cette affaire? Peut-être bien, mais à cette affirmation le média répond de façon stoïque sur la base de ce que ses sources lui rapportent, que les bureaux existaient bel et bien jusqu’à cette récente descente de la Police chinoise ; et même qu’il n’y avait pas qu’un mais deux bureaux.

Après quoi, il sera soulevé une question de terminologie avec le sens qui est donné aux mots « bureaux » et « raid », sur quoi le média revient sur l’emploi fait du dernier dans son titre en y apportant une modification pour remplacer « raid de la Police » par « visite des autorités », sans toutefois se raviser sur le contenu de l’article. Ce qui a le don d’exaspérer le fondateur du plus puissant échangeur, qui va jusqu’à exiger une présentation pure et simple d’excuses de la part de The Block. C’est à cette seule condition selon lui, que la menace de les poursuivre en justice pour diffamation ne serait pas mise à exécution. A cette injonction le média ne veut pas céder, arguant qu’il s’agit là d’une tentative évidente d’atteinte à la liberté de la presse, chose qu’il juge inacceptable. Au lieu de cela Frank Chaparro, Directeur de la Rédaction à The Block, rédige un écrit détaillé démontrant que Binance avait effectivement 2 bureaux distincts qui pour des raisons inconnues ont été fermés très récemment.

La décision finale de CZ Binance

Les deux camps n’étant pas parvenus à une position commune sur Twitter au sujet des faits après cette joute bien animée, le PDG de Binance Changpeng Zhao décide, à travers un thread sur Twitter, que l’affaire sera portée devant les tribunaux qui décideront de la suite. Lui qui laisse souvent entendre que Binance serait régulièrement la cible de concurrents qui ne lésinent pas sur les moyens et n’hésitent pas à même payer des médias ou autres utilisateurs pour nuire à la solide réputation de son échangeur. Il faut cependant noter dans ses propos que l’homme se dit partisan de la liberté de la presse mais surtout ami de la vérité. Partant de cet incident, il décide également de la création d’un fonds d’un million de dollars ($1.000.000) destinés à combattre le FUD dans l’industrie. Cette annonce a aussitôt fait réagir le controversé fondateur de Tron, Justin Sun, qui dit vouloir apporter un don de cent bitcoins (100 btc) à ce fond-là. Selon CZ, tout projet de crypto devrait lors de sa levée de fonds allouer un budget dédié à combattre le FUD.

1 COMMENT

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here